Les espèces invasives

L’un des principaux pôles d’action de Nature Network Fund est la lutte contre les espèces invasives. Elles font peser une grave menace sur les écosystèmes.

Comment agit NNF?

Qu’est-ce qu’une espèce invasive?

 

Les espèces invasives sont des espèces exotiques qui sont nuisibles à la biodiversité de leur écosystème. Contrairement à l’espèce dite indigène, l’espèce exotique n’est pas présente naturellement sur le territoire : elle y a été introduite.

L’introduction de cette espèce dans le milieu qu’elle envahit est due à l’action, volontaire ou non, de l’homme : mondialisation des transports, commerce de plantes exotiques…

La fragilisation ou l’artificialisation des écosystèmes favorisent aussi le développement d’espèces invasives. Un écosystème sain est en général en mesure de réguler leur effet néfaste, alors que dans un écosystème pauvre ou fragilisé, l’espèce invasive se développe plus facilement et menace les espèces indigènes. Les îles sont particulièrement touchées par les espèces invasives, en raison du relatif isolement de leur écosystème. C’est aussi le cas des zones artificialisées par l’homme, comme les canaux par exemple.

Le saviez-vous?

Une espèce peut devenir envahissante dans son milieu d’origine!

Certaines espèces peuvent poser des problèmes dans leurs milieux d’origine. C’est vrai pour le chardon des champs par exemple, ou certains cistes : les gérer est difficile mais obligatoire. Ils sont cependant appréciés par de nombreux insectes qui s’en nourrissent : tiges, feuilles, fleurs sont consommées, butinées et permettent de maintenir la biodiversité dans les milieux. D’autres espèces posent des questions différentes sur nos usages de la nature, comme le sanglier sans ses prédateurs naturels qui ont disparu de nos contrées (loup, ours). Avec un accès facilité à la nourriture par les pratiques agricoles, il a tendance à pulluler par endroits, et dégrade son propre écosystème et peut impacter l’agriculture comme la sécurité routière.

Quels dangers?

Concurrence des espaces

L’écureuil gris américain, introduit en Europe au début du XXème siècle, a réduit les espaces de vie de l’écureuil roux européen. Cela pourrait mener à son extinction.

Prédation des espèces indigènes

Le plathelminthe de Nouvelle-Guinée, introduit en Europe, se nourrit d’escargots et de vers de terre, deux animaux indispensables au renouvellement des sols.

Toxicité

La caulerpa taxifolia, (dite « algue tueuse »), provenant des côtes australiennes et africaines, colonise de plus en plus la Méditerranée. Cependant, elle ne peut être mangée par les herbivores en raison de sa toxicité.

Pollution génétique

Des perdrix rouges d’élevage ont été relâchées dans les forêts européennes pour les besoins de la chasse. Cela a mené à des hybridations avec les perdrix sauvages, qui sont à présent menacées.